Marineland d'Antibes: Après les intempéries, «tout le parc est à repenser»

PARC Il ne rouvrirait pas ses portes au public avant février 2016…

Fabien Binacchi

— 

Les quatre autres orques de Marineland, ce mercredi matin, avec leurs soigneurs Lancer le diaporama
Les quatre autres orques de Marineland, ce mercredi matin, avec leurs soigneurs — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Depuis mardi soir, les systèmes de pompage d’eau de mer et de filtration ont tous été réactivés. L’eau des otaries a été changée et celle des orques, privée d’une de ses pensionnaires décédée lundi, et toujours très trouble ce mercredi, devrait retrouver sa couleur normale d’ici une semaine. Marineland ne devrait pourtant pas accueillir à nouveau du public avant plusieurs mois. Pas avant février 2016, en fait.

>> A lire aussi : Une orque retrouvée morte une semaine après les intempéries

« Tout le parc est à repenser. On ne doit pas le rouvrir tant qu’on n’est vraiment pas dans des conditions optimales, et pour les animaux et pour les visiteurs », avance Jon Kershaw, le directeur animalier du delphinarium, frappé par une très grave inondation et visité mardi par la Direction départementale de protection des populations. Pour prévenir de futurs incidents, des murets de protection devraient être construits et l’étanchéité de plusieurs accès aux différents espaces de vie des animaux revus, selon Jon Kershaw.

« On panse nos plaies et plus tard, on va se reconstruire »

« Aujourd’hui, tout le monde se donne à 100 % pour le bien-être des animaux, insiste Bernard Giampaolo, le directeur du parc. Aujourd’hui, on panse nos plaies et plus tard, on va se reconstruire ».

Le déluge qui s’était abattu sur les Alpes-Maritimes dans la nuit du 3 au 4 octobre, avait affecté 90 % des installations du parc d’Antibes. L’espace des otaries, celui des orques, comme le bassin « tactile » avaient été submergés par une vague de plus d’1,5m. Des raies, des loups de mer et quatre tortues Caouanne avaient été tués, emportés par les flots.

« Je ne dis pas qu’il ne va pas y avoir d’autres pertes. Mais, on fait tout pour que ça n’arrive pas, martèle aussi Jon Kershaw. Les soigneurs sont en alerte. Ils travaillent jour et nuit. Et tous les dauphins comme les autres orques sont là et en bonne santé. »