Marineland d'Antibes: Une orque retrouvée morte une semaine après les intempéries

ANIMAUX Des analyses seront réalisées pour comprendre les causes du décès…

Fabien Binacchi
— 
Des orques à Marineland (Archive)
Des orques à Marineland (Archive) — J.C. MAGNENET / ANP / 20 MINUTES

L’animal est mort ce lundi à midi. La direction de Marineland a annoncé « le décès de Valentin, une orque née [en 1996] au sein du parc », précisant « n’avoir à cette heure aucune explication sur les causes du décès ». « Nous allons tout faire pour comprendre. Des analyses seront réalisées par une équipe de vétérinaires experts », promet aussi l’encadrement du parc marin d’Antibes.

« Nous avons vécu une situation extrêmement difficile et sans précédent la semaine dernière et avons tout mis en œuvre pour sécuriser les infrastructures dévastées par les intempéries, rappelle également Marineland dans un communiqué. Les soigneurs, experts et secours ont tout fait pour sauver les animaux et sécuriser les installations ».

>> A lire aussi : Disparue en juin, l'orque Freya est morte d'une «crise cardiaque»

Des raies et des petits requins morts après les inondations

Dans la nuit du 3 au 4 octobre, une lame d’eau, d’1,5 m à 2,5 m de hauteur par endroits, avait balayé l’espace marin d’Antibes, et notamment le bassin des cétacés. Plus de 90 % du parc avait été balayé par l’eau et des torrents de boue. La totalité des installations techniques avaient été détruites.

« Il y a eu des pertes, mais nos orques ne sont pas en train d’agoniser sur le parking comme on l’entend ici et là. La situation animalière est en train d’être stabilisée, avait alors expliqué le directeur du parc Bernard Giampaolo. La vague a submergé certains aquariums où il y avait des raies et des petits requins. L’eau souillée les a tués. » Deux tortues Caouanne avaient également disparu.

Un risque de pollution lié aux hydrocarbures

Les systèmes de filtration et d’approvisionnement en eau et en électricité avaient été coupés pendant plusieurs jours. « Le problème est que le flot qui a touché certaines installations contenait des hydrocarbures, provenant des cuves de mazout de certaines habitations et des voitures renversées. Il n’y a pas de quoi polluer directement le bassin des orques, qui contient des millions de litres d’eau, mais il faut tout de même rétablir la situation rapidement », avait également expliqué le responsable.