Nice: Interpellé à la frontière italienne avec neuf migrants dans sa voiture

SOCIETE Un homme de 35 ans, s'improvisant passeur, doit être jugé ce mercredi pour  « aide à l'entrée, à la circulation et au séjour irréguliers d'un étranger en France »...

J.U.

— 

Illustration de voitures de police.
Illustration de voitures de police. — © ELSNER FABRICE/SIPA /

Son Audi faisait des rondes suspectes, aux abords de la frontière avec l’Italie, près des lieux de vie des migrants. Selon une information du Parisien, un Niçois de 35 ans sera jugé ce mercredi en comparution immédiate pour « aide à l'entrée, à la circulation et au séjour irréguliers d'un étranger en France ».

Entre 50 et 100 euros

Dans la nuit de lundi à mardi, il a été interpellé à Sospel (Alpes-Maritime) au volant de son véhicule dans lequel pas moins de neuf clandestins de nationalité afghane et pakistanaise étaient entassés. Ils « tentaient sans doute de rejoindre Nice pour gagner ensuite Paris puis Calais par le train », explique une source judiciaire interrogée par le Parisien.

Le conducteur, qui nie tout trafic, a évoqué un « but humanitaire ». Mais selon les témoignages des migrants, qui ont été reconduit à la frontière italienne, il semblait « avoir un mode opératoire rôdé », et demandait pour ces courses entre « 50 et 100€ ». L’homme, «au lourd passé judiciaire» risque cinq ans de prison et 30.000 euros d’amende.