La renaissance du Plongeoir

Jean Christophe Magnenet

— 

Le nouveau Plongeoir est composé de trois espaces, entre terre et mer.
Le nouveau Plongeoir est composé de trois espaces, entre terre et mer. — ANP / 20 Minutes

«Il y a un réel engouement. » Marc Dussoullier a le sourire. Le nouveau patron du Plongeoir a réussi son pari : redonner vie à un site emblématique du bord de mer niçois. Voilà tout juste une semaine que son établissement a ouvert ses portes entre terre et mer. Et la vingtaine d'employés ne chôme pas. « Nous serons encore pleins ce week-end et nous enregistrons déjà des réservations jusqu'en août, avance, ravi, le restaurateur. C'est assez impressionnant, il y avait une attente très forte autour de ce lieu. »

Deux ans de travail


L'affaire était pourtant loin d'être gagnée d'avance. « Nous avons travaillé deux ans sur ce projet », raconte Marc Dussoullier. « Le plus dur aura été de trouver les moyens techniques pour aménager ce site si particulier, à l'abandon depuis si longtemps, détaille-t-il encore. Il n'a fallu ensuite que six mois de travaux, aucun blocage administratif ne nous a retardés. » Depuis le boulevard Franck Pilatte, il ne suffit que de descendre quelques marches pour se retrouver devant la cuisine ouverte, accrochée à la falaise, où la brigade du chef David Rodriguez s'active. Libre choix ensuite de descendre au ras des flots, pour s'asseoir dans le coin lounge du restaurant, « le vivier », ou d'emprunter la passerelle pour accéder au restaurant. Il y a « le rocher », juste au-dessus du bar, pour s'installer sous une pergola. Ou le plongeoir, un peu plus loin, qui donne réellement le sentiment d'être sur l'eau, en mer. «Nous avons voulu respecter l'état d'esprit du lieu », assure Marc Dussoullier. Avec succès.