Virée thermale à Valdieri, en Italie

Fabien Binacchi

— 

A 1 368 m, le complexe propose une piscine à 34°C et des soins aux algues.
A 1 368 m, le complexe propose une piscine à 34°C et des soins aux algues. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Leurs eaux, magnésiques et sulfureuses, seraient « reconnues pour leurs bienfaits depuis l'Antiquité ». Problèmes respiratoires, rhumatismaux, dermatologiques... Les Thermes de Valdieri pourraient guérir presque tous les maux, jure la patronne Daniela Bonetto. A moins de 2 h 30 de Nice, dans la région italienne du Piémont, cette station thermale n'est accessible que l'été, de juin à septembre. Et pour cause. Chaque hiver, 10 à 12 m de poudreuse recouvrent ce complexe niché à 1 368 m d'altitude, en plein cœur du parc naturel régional Alpi Marittime.

Un hôtel Royal depuis 1857


Le charme, désuet, des installations aquatiques ou, grandiose, des 100 chambres de l'hôtel Royal qui leur font face (la première pierre de l'établissement était posée en 1857 par Victor-Emmanuel II d'Italie) mérite en tout cas largement le détour. Comme d'ailleurs les fameuses « grottes » chauffées jusqu'à 46°C par la nappe d'eau soufrée. Une fois l'étape de l'odeur (typique mais parfois suffocante) passée, ces hammams naturels sont l'attraction incontournable de Valdieri. La piscine d'eau thermale, qui jaillit d'une profondeur de 4 500 m, et les soins, aux algues locales, complètent le tableau pour des curistes d'un jour ou davantage.

Le souffre, « absorbé par la peau sous forme d'acide sulfhydrique et polysulfures », aurait des « pouvoirs anti-inflammatoires, antalgique, antiseptique, sudorifique et eutrophique », vante-t-on du côté des Thermes. Pour en profiter, comptez par exemple 105 € pour une journée avec massage aux algues bienfaisantes de Valdieri, accès à la piscine et à l'une des « grottes ».

■ Balades et patrimoine au cœur de la vallée

Pendant italien du parc national du Mercantour sur près de 28 000 ha, le « parco naturale Alpi Marittime » avait déjà séduit, en son temps, Victor-Emmanuel II, roi d'Italie, qui en fit sa réserve royale de chasse. Ses résidences sont ouvertes à la visite. Encore aujourd'hui, le parc compte près de 4 500 chamois et plus de 500 bouquetins. Les amateurs de randonnée seront aussi servis, notamment dans la vallée du Gesso. Pensez au refuge Locanda del Sorisso pour vos visites.