En voilier, dans le sillage des cétacés

Fabien Binacchi

— 

Sensibilisation (à g.) et rencontre avec un poisson-lune (en h.) depuis le caïque.
Sensibilisation (à g.) et rencontre avec un poisson-lune (en h.) depuis le caïque. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes - SOS Grand Bleu

Près de 35 000 dauphins bleus et blancs. De 800 à 1 000 tursiops. Entre 1 000 et 3 000 grands cétacés... Tout ce petit monde peuple le sanctuaire du Pélagos. Une zone protégée de 87 500 km2, entre la presqu'île de Giens, les côtes de la Sardaigne et la Toscane, que l'association SOS Grand Bleu arpente tous les jours, avec du public, depuis le port de Saint-Jean-Cap-Ferrat*. Mardi, 20 Minutes a embarqué avec elle, dans une session de whale watching (observation des cétacés), sur le Santo Sospir, un caïque de 23 m.

Et un aileron noir surgit !


Mer calme sous un grand soleil. Après 11 km de traversée sur le voilier, toujours pas l'ombre d'une nageoire de globicéphale noir ou de dauphin de Risso à l'horizon... Les membres de l'association en profitent pour faire un peu de sensibilisation. « Un rorqual ne pourra pas faire le tri entre du krill [de petites crevettes] et des bouts de plastique », rappelle Arnaud Guillard, photos d'estomac de cétacé échoué à l'appui... Puis, c'est l'alerte ! Un aileron noir surgit à bâbord. Un requin ? Un cachalot ? Juste un bout de bois ? Non, finalement, la bestiole en est vraiment une. « C'est un poisson-lune, rectifie le skipper. Et celui-ci fait peut-être 1, 3 m d'envergure. » Un peu plus loin, nouvel espoir. Deux masses sombres s'élèvent dans un ballet synchronisé... En fait, deux espadons en chasse. « Nos visites affichent un taux de réussite de 73 %, concède Christian Gilabert, administrateur de SOS Grand Bleu. Nous sommes signataire du code de bonne conduite du sanctuaire et nous ne procédons que par détection visuelle. Nous n'utilisons aucun moyen de repérage aérien ou hydrophone, qui pourraient perturber les cétacés ». Il faudra retenter.

■ Sept espèces à observer dans le sanctuaire

Créé en 2002, à l'initiative de la France, de l'Italie et de Monaco, le sanctuaire du Pélagos forme un espace pour la protection des mammifères marins qui le fréquentent. Dont sept espèces de cétacés : rorqual commun, cachalot, ziphius, globicéphale noir, grand dauphin, dauphin de Risso, commun et bleu et blanc. La zone concentrerait environ « 8 500 espèces animales », soit « entre 4 % et 18 % des espèces marines mondiales », selon le site Internet du sanctuaire.