Les quatre vérités de Rivère

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Le président de l'OGC Nice.
Le président de l'OGC Nice. — Minutes

Jean-Pierre Rivère a voulu revenir sur quelques dossiers. En convoquant la presse mercredi, pour faire le bilan de la saison, le dirigeant de l'OGC Nice a souhaité jouer cartes sur table. Au sortir d'une saison plus que galère, il s'est livré sur les départs et arrivées du mercato à venir, les finances, les relations avec les Ultras...

Rivère se paye Bauthéac. Le dirigeant n'y est pas allé par quatre chemins pour critiquer l'attitude d'Eric Bauthéac. « Il voulait partir l'an dernier. On le convainc de rester. Aujourd'hui, il dit dans les médias qu'il aime le club, etc. Et quinze jours plus tard, il nous dit qu'il veut partir. Comme par hasard, on reçoit une»offrette«juste après », a expliqué Rivère, passablement irrité. Ce dernier a conclu son clash en assurant « que le club n'acceptera pas ce type d'offre ». Une affaire à suivre.

Amavi intransférable, « la porte est ouverte » pour Mendy. Jordan Amavi, courtisé par plusieurs écuries dont Lyon, devrait rester. « A moins d'une offre impossible à refuser, il ne bougera pas », a déclaré Rivère qui souhaite garder encore un an sa pépite. Côté départ, en plus de Didier Digard, Nampalys Mendy pourrait quitter les Aiglons. Le président est resté assez vague sur ce dossier. Mais le transfert de Jean-Michael Seri est un choix quasi poste pour poste.

Un défenseur droit « en priorité ». L'incontournable du mercato, ce sera le recrutement d'un défenseur droit pour remplacer Grégoire Puel. Nice veut aussi un attaquant et « cible des profils avec de l'expérience. »

Des « relations tendues » avec les supporters. Mais pas de « rupture de dialogue », selon Rivère, qui doit les rencontrer bientôt. Marquée par des débordements, la saison a été tendue avec les Ultras. « On ne peut pas continuer comme ça », a ainsi conclu Jean-Pierre Rivère.

■ « A l'équilibre »

Rivère a expliqué que les comptes de l'OGCN étaient « à l'équilibre » avant le passage devant la DNCG. « Le club n'est plus aujourd'hui dans l'obligation de vendre ses joueurs », a-t-il aussi affirmé.