Marseille : Toujours en prison, Souleymane Diawara demande une remise en liberté

JUSTICE Mis en examen pour extorsion, le footballeur est incarcéré depuis six semaines...

J.-A. G.-L.

— 

Souleymane Diawara lors de sa présentation à l'OGC Nice.
Souleymane Diawara lors de sa présentation à l'OGC Nice. — JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Depuis un mois et demi, il n’a pas foulé un terrain de football, ni même enfilé des crampons. Il dort au quartier d’isolement et disciplinaire du quartier des Baumettes. Toujours placé en détention provisoire à la prison de Marseille, Souleymane Diawara vient de formuler une demande de remise en liberté. Une nouvelle tentative après le rejet du président de la chambre de l’instruction de la cour d’appel d’Aix-en-Provence le 17 avril dernier, refusant son référé suspension.

Mis en examen pour extorsion et tentative d’extorsion et désormais défendu par Eric Dupond-Moretti, le défenseur de l’OGC Nice ne vit pas ses plus belles heures. Même si « moralement, il tient le coup », assure au Journal du Dimanche Salif, l’un des frères de Diawara.

Diawara, « victime d’une escroquerie », selon son avocat. 

Le 19 mars dernier, cinq hommes dont l’un des frères de Diawara, Adama, mènent « une opération commando » au domicile d’un ancien militaire qui avait vendu, deux ans auparavant, une Porsche Cayenne au footballeur. Ils réclament le remboursement de 49.800 euros car la voiture était en fait un véhicule volé. L’ancien joueur de l’Olympique de Marseille, qui avait déposé une plainte classée sans suite, veut récupérer son argent.

Selon l’accusation, les cinq hommes ont menacé et frappé le vendeur devant sa femme et ses enfants avant de partir au volant d’une BMW. « C’est une détention punition qui ne sert à rien. La confrontation n’a toujours pas été organisée. Le parquet n’a même pas envisagé de poursuites contre ce type, qui a un casier chargé. C’est inouï. Je n’ose imaginer qu’il se retrouve dans cette situation parce qu’il est célèbre et footballeur. Il risque de perdre son boulot alors qu’il est victime d’une escroquerie », estime l’avocat de Diawara surnommé « Acquittator ».

« Le rapport d’expertise montre qu’il n’y a pas de trace de coups », ajoute Me Dupond-Moretti. L’ancien Marseillais et ses représentants réclament le placement sous contrôle judiciaire.

Le président du Gym interdit de lui rendre visite

Repéré en cellule en pleine conservation téléphonique avec un portable à la mi-avril, Souleymane Diawara ne reçoit la visite que de ses deux plus jeunes frères, deux à trois fois par semaine. La juge a refusé aux dirigeants de l’OGC Nice et à son ami et ancien coéquipier Mamadou Niang de lui rendre visite.

« C’est assez incroyable. "Souley" est un type adorable. On n’a pas de nouvelles, on ne peut même pas lui rendre une visite de soutien », regrette Jean-Pierre Rivère, le président du Gym, dans le JDD. Son contrat avec le club azuréen prend fin en juin prochain. Souleymane Diawara n’aurait apparemment aucune envie de raccrocher les crampons.