Nice: Le service Auto Bleue en trois chiffres pour ses 4 ans

TRANSPORT Quelque 210 véhicules électriques en libre-partage sont en circulation dans la capitale azuréenne...

Jean-alexis Gallien-lamarche

— 

Thierry Chiocca, directeur des activités «nouvelles mobilités» chez Transdev, l’exploitant du service Auto Bleue, à bord d'une Zoé électrique.
Thierry Chiocca, directeur des activités «nouvelles mobilités» chez Transdev, l’exploitant du service Auto Bleue, à bord d'une Zoé électrique. — J.-A. Gallien-Lamarche / ANP / 20 Minutes

Pour fêter son quatrième anniversaire, célébré lundi à Nice, Auto Bleue s’offre un tout nouveau site internet... et de nouvelles fonctionnalités. Une carte interactive pour géolocaliser les véhicules, un calculateur de tarifs pour connaître à l’avance le coût d’une course et même une appli seront disponibles dans les toutes prochaines semaines. Lancé en 2011 par la métropole Nice Côte d'Azur, le service de location de voitures électriques en autopartage n'a cessé de se développer. Retour sur son histoire en trois chiffres.

>> 8.100. C'est le nombre d'adhérents au service. Et Auto Bleue attire plus les hommes que les femmes. Le dispositif compte 65,5% d’hommes mais les utilisatrices progressent. En quatre ans, elles sont passées de 26,8% à 34,5%. «Nous remarquons une croissance continue des adhérents depuis le premier jour», souligne Mathieu Bernasconi, le directeur d’Auto Bleue. Plus concrètement, 150 personnes supplémentaires s’inscrivent par semaine. «Nous perdons également 70 clients par mois, souvent pour des raisons personnelles comme le déménagement», note aussi Thierry Chiocca, directeur des activités «nouvelles mobilités» chez Transdev, l’exploitant des Auto Bleue.

Le service Auto Bleue, côté coulisses

>> 66. Avec 66 stations de recharge (et trois bornes de recharge rapide), Auto Bleue s’est étendue en quatre ans sur neuf communes de la Métropole, de Nice à Colomars, de Cagnes-sur-Mer à La Trinité, de Saint-Laurent-du-Var à Villefranche-sur-Mer et aussi du côté de Carros. Si le directeur du service «veut faire mieux» en termes de fréquentation, il faudra certainement passer par la construction de nouvelles bornes de recharge pour le parc de 210 véhicules. «Des stations qui nous manquent seront installées prochainement», annonce Mathieu Bernasconi sans rien dévoiler de plus pour le moment. Il avoue toutefois qu’une station pourrait voir le jour du côté de Polygone Riviera, le futur centre commercial de Cagnes-sur-Mer. «Nous constatons des résultats très hétérogènes en fonction des points de charge. A Colomars ou en plein centre de Nice, ce n’est pas la même chose. Nous avons encore du potentiel», ajoute le responsable. Une chose est sûre: 80% des utilisateurs d’Auto Bleue résident à moins de 500 mètres d’une borne. 

>> 180. Avec 1.200.000 km de distance cumulée parcourue par les véhicules 100% électriques d'Auto Bleue, ce sont plus de 180 tonnes de CO2 qui n'ont été lâchés dans l'atmosphère selon les responsables du service. Trois cents véhicules électriques de particuliers et d’entreprises se sont inscrits pour profiter des bornes de recharge. Un bilan écologique que Mathieu Bernasconi veut améliorer au travers de plusieurs nouvelles offres: mise en place d’une grille de tarifs dégressive ainsi qu'un avantage pour «petit rouleur» qui ouvrira la voie d’un coût avantageux pour les toutes petites distances.