Cannes: Le multiplexe sera finalement construit par des exploitants de cinémas locaux

INFRASTRCTURES Le nouveau projet, qui prévoit douze salles et 2.426 fauteuils, doit être voté ce lundi soir en conseil municipal...

Fabien Binacchi

— 

Le projet, vu ici depuis l'avenue Francis-Tonner, comprend douze salles de cinéma.
Le projet, vu ici depuis l'avenue Francis-Tonner, comprend douze salles de cinéma. — Compagnie cinématographique de Cannes

Cette fois, c'est la bonne, jure-t-on en maire de Cannes. Le multiplexe de la Bocca sortira de terre d'ici à 2018. Dans une version totalement remaniée. Le dossier, un véritable serpent de mer évoqué depuis près de 15 ans, modifié et ajourné, sera relancé ce lundi soir devant l'assemblée municipale, avec un exploitant du cru.

Sur les trois candidatures reçues (avec les sociétés Pathé ciné 26 et Les images, du groupe Mégarama) à l'issue d'un nouvel appel d'offres européen, c'est celle emmenée par les propriétaires des Arcades et de l'Olympia, deux cinémas du centre-ville, qui a finalement été retenue, a annoncé le maire UMP de Cannes dans l'après-midi.

«Les trois projets répondaient aux critères, mais celui-ci offre en plus un vrai choix architectural», vante David Lisnard. Le bâtiment, signé Rudy Riciotti, qui a notamment imaginé le MuCEM de Marseille, présente une «apparence minérale et fractale, à facettes», explique-t-on du côté du cabinet d'architectes. A l'étage, des terrasses accueillant des espaces de restauration sont recouvertes d'un maillage en béton haute performance.

«A la pointe de la technologie»

A l'intérieur, douze salles pour un total de 2.426 fauteuils. La plus vaste, de 433 places, offrira un écran de 24 m de large, le «plus grand du Sud-Est, hors Palais des festivals», selon le maire. Elle sera également équipée d'un projecteur «laser», une technologie encore inédite en France, et certifiée Dolby Atmos, pour un son immersif, dixit la municipalité. Diffusion 3D, 4K ou 6K, fauteuils dynamiques, le multiplexe sera à «la pointe de la technologie», vante encore la mairie. Une salle premium, équipée de «love-seats» (sièges doubles) complétera également l'offre.

«Le complexe comprendra également un espace "ciné culture", une "backstage zone" qui présentera des pièces de collections relatives aux différents films en projection, deux restaurants et des espaces de restauration rapide», précise également Philippe Borys-Combret, représentant la Compagnie cinématographique de Cannes.

Sur un terrain vendu par la ville

Cette nouvelle société achètera le terrain, situé sur les anciens tennis de la Bastide-Rouge (pour 7 millions d'euros) et plus anciennement sur une usine à gaz, dépolluera le site, et prendra la construction à sa charge. Soit un budget total de 27,7 millions d'euros.

Sur ce même site, une pépinière d'entreprises a déjà vu le jour. Un laboratoire de l'image ainsi qu'un campus universitaire, également annoncé pour 2018, est aussi programmé. Il devrait accueillir 800 étudiants. «Avec une nouvelle offre de formations qui puisse coller au contexte cannois du cinéma et de l’audiovisuel», avait expliqué à 20 Minutes Julien Gaertner, chargé de mission pour le campus cannois l’Université de Nice.