Alpes-Maritimes: Les commerçants n’ont pas fait recette pendant les soldes

COMMERCE Les boutiques devraient enregistrer jusqu’à 30% de baisse dans leur chiffres d’affaires...

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Lundi matin dans les rues de Nice
Lundi matin dans les rues de Nice — J.-A. Gallien-Lamarche / ANP / 20 Minutes

Alors que les soldes d’hiver se terminent ce mardi, l’heure des comptes a sonné pour les commerçants. Et cinq semaines plus tard, le bilan 2015 ne devrait pas rester dans les annales. Il s’annonce même mauvais et bien loin des records sur la Côte d’Azur. Le constat est partagé par l’ensemble des boutiques: la fréquentation et le chiffre d’affaires sont en net recul.

«C’est très dur, soupire Philippe Desjardins, le président de la fédération du commerce niçois et azuréen. Dès le premier jour, avec les attentats contre Charlie Hebdo à Paris, nous avons compris que ça n’allait pas être une bonne année.» Un véritable coup porté aux commerçants, déjà déstabilisés par une fin d’année très décevante.

Des paniers moyens en forte diminution

Les attentats, la menace terroriste, la crise persistante et le mauvais temps… Les boutiques n’auront pas été épargnées en janvier et en février. «Les soldes d’hiver, ce n’était franchement pas le sujet de prédilection des gens», confie Jean-Pierre Venou, président de l’association Cannes Prestige. «C’était désert dans les rues et les magasins, du jamais vu», ajoute Nicolas Donati, président des commerçants du centre-ville de Nice. 

Sur le plan économique, «les paniers moyens des clients sont en forte diminution pour tous les types de magasins, constate Philippe Desjardins. Les commerçants tablent sur 30% de moins de chiffres d’affaires par rapport à l’an passé…»

Si les professionnels espéraient un élan de consommation dans les derniers jours, il n’en a été finalement rien. «D’habitude, lors des week-ends de soldes, nous atteignons 40.000 à 45.000 entrées. Cette année, c’est à peine si on dépassait les 30.000 personnes», observe amer Albert Scatena, restaurateur et président des commerçants du centre commercial Cap3000.

De futures semaines difficiles

Un bilan morose qui, dans le contexte général, ne devrait pas s’améliorer dans les prochaines semaines. «Les gens n’ont pas envie de consommer, même à bas prix», juge Jacques Belmont, propriétaire d’un magasin de chaussures et vice-président de Cannes Prestige.

Pour Philippe Desjardins, les soldes n’ont plus le même effet sur les clients. «Chaque année, nous observons ce phénomène, regrette Philippe Desjardins. Mais alors là, avec les événements, toutes les enseignes confondues ont été frappées.»

Les prochaines semaines risquent donc d’être compliquées pour les commerçants azuréens. «D’autant plus que ce n’est pas la période idéale sur la Côte. Jusqu’aux vacances de Pâques, nous n’aurons pas l’embellie souhaitée», pronostique Jacques Belmont.