Grasse: Une affaire de proxénétisme en famille face à la justice

JUSTICE Seize prévenus comparaissent depuis lundi devant le tribunal correctionnel de Grasse...

F.B. avec AFP

— 

Le palais de justice de Grasse.
Le palais de justice de Grasse. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Ils étaient à la tête d'un business très bien organisé. Une famille originaire du Nord de la France, accusée d'avoir monté une entreprise de proxénétisme opérant dans les Alpes-Maritimes et le Var, comparait depuis lundi devant le tribunal correctionnel de Grasse.

Le père, âgé de 56 ans, mais aussi son ex-femme, sa compagne, ses deux fils et son frère font partie des prévenus. Au total, seize personnes passeront à la barre. «C'est une structure familiale, avec un rabatteur dans le Nord qui recrute et essaie les filles avant de les envoyer dans le Sud», a décrit dans la matinée l'adjudant-chef Michel Dridi, directeur d'enquête de la brigade de gendarmerie de Cannes.

Chacun sa tâche

Ecroué en décembre 2013 après un coup de filet de la brigade de recherches de gendarmerie de Cannes, le patriarche, «chef» de ce réseau avait reconnu que des prostituées agissaient pour leur compte, sans contrainte selon lui, dans des appartements et hôtels à Mougins, Mandelieu-la-Napoule mais aussi du côté de Fréjus et Hyères.

Une quarantaine de jeunes femmes auraient ainsi travaillé pour l'«entreprise familiale». Dont certains membres étaient chargés du recrutement, pendant que d'autres cherchaient des clients sur sites de petites annonces notamment, louaient des appartements ou collectaient les gains.

Chaque prostituée versait jusqu'à 350 euros par jour à la famille. Le business, organisé pendant plusieurs années, aurait pu engendrer des gains jusqu'à 2 million d'euros, selon les enquêteurs. A l'époque, des perquisitions avaient permis la saisie d'armes de poing et d'épaule, d'environ 64.000 euros en liquide, de cinq véhicules et d'une moto. Le procès est prévu jusqu'à vendredi.