Un « violeur en série » à la barre

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Le procès se tient toute la semaine.
Le procès se tient toute la semaine. — J.-A. Gallien-Lamarche / ANP / 20 Minutes

Deux victimes et un accusé à la personnalité trouble. Depuis lundi, un retraité d'origine britannique déjà condamné pour agression sexuelle comparait devant la cour d'assises des Alpes-Maritimes. Il est accusé d'avoir tenté de violer et de tuer sa colocataire malvoyante de 29 ans, à Roquebrune-Cap-Martin en 2012. Il est aussi soupçonné du meurtre d'une femme de 60 ans à Beausoleil deux ans auparavant. Incarcéré à Nice depuis plus de deux ans, il risque la perpétuité.

« Il est froid et structuré »


« C'est un violeur en série dont la personnalité est très difficile à cerner. Il est froid, structuré et se pose en victime », explique Alexandra Albon, avocate de la partie civile. Toute la semaine, les jurés vont en effet se pencher sur la personnalité de cet Anglais de 74 ans à la carrure frêle et au crâne dégarni, à l'aide d'une dizaine de rapports et d'expertises. Est-ce un simple senior qui coule ses beaux jours sur la Côte ou plutôt un tueur au sang froid ? « C'est une affaire complexe sur le plan psychologique, note Jacques Peyrat, avocat du retraité. Mon client plaide non coupable. » Le procès devrait se terminer vendredi.