Sous l'église, un restaurant social pour les plus démunis

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Le curé dans la salle du restaurant.
Le curé dans la salle du restaurant. — Minutes

Plongée dans les profondeurs de l'église Saint-Pierre d'Arène... Pas de toile d'araignées ni de sépulture sacrée dans cette galerie, mais un lieu flambant neuf qui sent encore la peinture fraîche. D'ici à lundi prochain, la paroisse va révolutionner son quotidien. Ce sous-sol de la rue de la Buffa, à Nice, va accueillir sur 1 500 m2 un restaurant social, une épicerie solidaire et même une salle de réunions et de spectacles (150 places).

Un lourd investissement


Un ambitieux projet porté par le curé niçois Gil Florini, déjà célèbre pour ses bénédictions d'animaux, de téléphones de portables et de cartables. « La pauvreté s'est accrue dans le centre-ville de Nice. Il fallait un lieu pour les démunis, où ils puissent se restaurer et rencontrer du monde », explique l'ecclésiastique. Personnes âgées isolées, étudiants en situation précaire et autres personnes en difficultés seront accueillis du lundi au vendredi. « Mais nous ne sommes pas une soupe populaire », précise-t-il.

Pour jouer à fond la carte de la solidarité, une dizaine d'employés, en voie d'insertion professionnelle, seront en cuisine. « Des gens éloignés de l'emploi depuis un moment », souligne le père qui officie à Saint-Pierre d'Arène depuis maintenant quatorze ans. Près de 2, 8 millions d'euros (financés par la paroisse, la mairie de Nice et le conseil général) ont été nécessaires pour transformer l'endroit. « On voulait absolument ouvrir avant Noël », souligne également le curé. « Un beau cadeau », à l'approche des fêtes de fin d'année.

■ Des tickets gratuits

Chaque midi, les repas seront servis pour un prix allant de 7 à 9 €. Pour les personnes les plus pauvres, un système de tickets gratuits sera mis en place, explique aussi le curé Gil Florini.