Fermeture d'une salle de prière illégale

— 

Une procédure d'expulsion classique, mais délicate. Lundi matin, une vingtaine de policiers ont condamné l'accès à un local utilisé comme lieu de culte musulman, dans le quartier Bon-Voyage à Nice. « En 2002, le bailleur Côte d'Azur Habitat, propriétaire des lieux, avait consenti un bail locatif à une association pour faire du soutien scolaire, détaille à 20 Minutes Sébastien Humbert, sous-préfet aux affaires sociales. C'est devenu assez rapidement une salle de prières. La justice a ensuite ordonné, en février 2008, l'expulsion de l'association. »

Une conciliation a ensuite été entamée entre les différents acteurs du dossier. « Nous avons voulu attendre que la mosquée de Roquebillière ouvre ses portes » à proximité, ajoute Sébastien Humbert. Depuis mai dernier, c'est chose faite, d'où l'accélération du dossier. Seules quelques personnes priaient encore dans les locaux de Côte d'Azur Habitat, selon une source proche du dossier. J.-A. G.-L.