Qwant à l'assaut de Google

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Eric Léandri dans les nouveaux locaux du moteur de recherche niçois.
Eric Léandri dans les nouveaux locaux du moteur de recherche niçois. — J.-A. Gallien-Lamarche / ANP / 20 Minutes

C'est l'histoire de David contre... Google. Qwant, un moteur de recherche développé à Nice, veut titiller le géant américain. Et la société azuréenne commence à... tisser sa toile. Et voit plus grand. La start-up vient juste de s'installer dans de nouveaux locaux de 600 m2 et projette l'embauche de vingt-cinq programmeurs d'ici à la fin de l'année. « Nous sommes des nains à côté d'eux, relativise Eric Leandri, directeur de Qwant. Même si, lors d'une conférence la semaine dernière, le PDG de Google a parlé de nous. C'est rare qu'il fasse ça pour une entreprise, qui plus est concurrente. »

« Nous resterons ici »


En tout cas, si Qwant s'est installé à Nice, « c'est parce qu'il y fait beau », s'amuse Eric Léandri. « Nous avons toujours été sur la Côte et nous comptons y rester », assure-t-il. Le chemin est encore long pour Qwant... Les chiffres ne trompent pas. Entre février 2013 et aujourd'hui, le moteur de recherche niçois a enregistré 1, 5 milliard de requêtes. « Google, c'est un milliard par jour », appuie Zric Léandri. Et quand Qwant pèse 80 millions d'euros de chiffre d'affaires, Google s'élève... à 400 milliards. « Nous ne pouvons pas prendre la place de Google, dit-il. On peut tout faire par contre pour devenir le numéro 1 en Europe. »

■ Plusieurs colonnes

La principale différence avec Google, c'est que Qwant propose plusieurs colonnes de réponses au mot recherché par l'internaute (web, actualités, réseaux sociaux, shopping...) sur une unique page.