La vaccination perd du terrain

— 

Lille, le 11 octobre 2013. Vaccination contre la grippe saisonniere a l'Institut Pasteur de Lille avec le vaccin Vaxigrip das laboratoires Sanofi Pasteur MSD.
Lille, le 11 octobre 2013. Vaccination contre la grippe saisonniere a l'Institut Pasteur de Lille avec le vaccin Vaxigrip das laboratoires Sanofi Pasteur MSD. — M. Libert / 20 Minutes

Il n'est pas trop tard pour se faire vacciner. L'Agence régionale de santé (ARS) lançait il y a quelques jours sa campagne contre la grippe dans la région Paca. Un territoire qui a vu le recours à la piqure baisser de 48 % en 2012-2013 à 47 % la saison passée pour les patients à risques. Ce sont ainsi 448 909 personnes (sur 947 321 invités par l'Assurance maladie) qui ont été vaccinés l'an dernier. Dans les Alpes-Maritimes, 234 669 personnes ont été conviés par la CPAM à recevoir l'injection. Ils ont été 107 439 à répondre favorablement. « Il y a un vent de réticences dans le département, explique Denis Refait, le délégué territorial local de l'ARS. Les gens considèrent qu'ils sont moins touchés ici qu'ailleurs en France ». En cause, « le beau temps en automne et une certaine méfiance », selon le spécialiste. L'an dernier, la CPAM de Nice affichait un taux de participation à la campagne de 45, 78 %. Loin des 50 % de celle de Toulon, notamment. « Il faut faire attention. En France, on meurt plus de la grippe que d'Ebola », rappelle encore Denis Refait. L'année dernière, trente-deux patients grippés avaient été admis dans les services de réanimation de la région. Et parmi eux, 26 % étaient décédés. J.-A. G.-L.