La Banque alimentaire face « à une grande pauvreté »

Jean-Alexis Gallien-Lamarche
— 
Une bénévole trie les denrées, lundi.
Une bénévole trie les denrées, lundi. — Minutes

Derrière l'image luxueuse de la Côte d'Azur, « la pauvreté gagne du terrain et n'épargne plus personne ». Ce bénévole de la Banque alimentaire tire un constat sans équivoque : « Il y a vingt ans, ce n'était pas la même situation. Auparavant, c'étaient principalement des sans domicile fixe et des marginaux. Aujourd'hui, cela n'a plus rien à voir », constate Jean-Pierre Fortet, l'un des 110 bénévoles de la Banque alimentaire. La structure, qui collecte gratuitement des denrées pour les redistribuer aux associations, vient justement de lancer sa 20e campagne hivernale.

«Un afflux de précaires»


Les chiffres parlent d'eux-mêmes : 2, 6 millions de repas ont été distribués à 24 200 Azuréens. Dont « 60 % des bénéficiaires se trouvent à Nice », note la municipalité. Un chiffre en hausse puisqu'en 2012, 21 350 démunis avaient pu profiter de cette aide. En 2011, ils étaient 18 000. « Aujourd'hui, il y a des familles qui ont un boulot, un toit... Il y a aussi des mamans seules, des jeunes des vallées reculées... », constate aussi Jean-Pierre Fortet. Une situation que décrit également Stéphane Chenevas-Paule, directeur adjoint du Secours populaire des Alpes-Maritimes. « Nous sommes confrontés à un afflux de précaires qui n'étaient pas dans le besoin il y a encore quelques années », appuie-t-il. Une pauvreté qui ne semble pas s'affaiblir dans un département qui compte 140 000 personnes vivant sous le seuil de pauvreté. En 2014, « les denrées de la Banque alimentaire devraient profiter à 26 000 personnes », selon le conseil général.

■ Grande collecte

Fruits, légumes... La grande collecte nationale pour la Banque alimentaire aura lieu les 28 et 29 novembre. Un millier de bénévoles seront mobilisés dans les grandes surfaces des Alpes-Maritimes.