OGC Nice: Claude Puel fait ses calculs

FOOTBALL Face à Metz, Nice a joué en 3-5-2 avant de revenir à un 4-4-2...

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Claude Puel a changé de tactique.
Claude Puel a changé de tactique. — Archives ANP / 20 Minutes

Claude Puel a toujours une idée derrière la tête. Lors des matchs de préparation cet été, le technicien niçois avait utilisé à plusieurs reprises un système en 3-5-2. Une petite révolution pour l'OGC Nice, plus habitué à jouer avec quatre défenseurs et une seule pointe.

Alors que le système avait été peu concluant lors des matchs de présaison, tout le monde pensait qu'on ne reverrait pas de sitôt le Gym évoluer avec cette formation. Mais après la déroute à Marseille et neuf buts encaissés lors des quatre premières journées, Claude Puel a voulu innover. Bousculer l'effectif, laissant sur le banc Valentin Eysseric, Eric Bauthéac ou Alexy Bosetti. Et jouer l'effet de surprise.

«Un système à peaufiner»

Sauf que ce changement tactique surprise n'a pas été beaucoup plus probant en première mi-temps samedi soir. Quarante-cinq minutes durant lesquelles la charnière Diawara-Bodmer-Genevois manquait d'automatismes et de repères. Et où les latéraux, Amavi et Puel, ont semblé désorientés dans leur couloir.

«Derrière, certains ont un peu du mal à assimiler ce schéma. Nous reculions trop, nous étions en délicatesse avec certains aspects tactiques. C'est un système qui permettait de faire des différences. Dans les 25 premières minutes, il nous a manqué le dernier geste, mais cela nous a permis de prendre la largeur et de mettre plus de densité offensive face à une équipe qui défendait», analyse Claude Puel.

Au sortir des vestiaires, le Gym a une nouvelle fois changé avec d'abord un 4-4-2, puis son traditionnel 4-2-3-1. Que compte faire maintenant Claude Puel pour la sixième journée? A-t-il réellement trouvé son équipe type et la formule magique? «C'est un système intéressant mais à peaufiner», conclut le coach azuréen au sujet du 3-5-2.

■ La pelouse décriée

Comme l'an passé, la pelouse de l'Allianz Riviera fait jaser. Alors que Mathieu Bodmer pointe du doigt «le mauvais état du terrain», Claude Puel a confié samedi soir être «inquiet pour la suite».