« Mon client et Julia ont dormi dans le même lit »

— 

Au cœur de ce procès, le profil du septuagénaire qui a recueilli la jeune fille pendant quatre jours. « C'est quelqu'un de très malade. Il a aussi toujours eu cette générosité envers tout le monde. Une fois, il avait même accueilli des personnes sans domicile fixe chez lui sans vraiment bien s'en rendre compte », confie un de ses fils dans la salle des pas perdus du tribunal correctionnel de Nice. Pour son avocat, cet homme analphabète, père divorcé de sept enfants, qui souffre de « problèmes avec l'alcool, n'a jamais eu de comportements déplacés avec ses enfants ». Si la défense assure que la jeune fille pouvait « partir à n'importe quel moment », l'avocate de la partie civile affirme « que le prévenu avait fermé la porte et gardé les clés sur lui ». « Ils ont dormi dans le même lit », ajoute aussi Me Sylvain Pont. Pour un des fils, le prévenu « est avant tout quelqu'un de très vulnérable ».