Le business sous les feux cannois

Fabien Binacchi

— 

Le festival cannois est le troisième du genre le plus important au monde.
Le festival cannois est le troisième du genre le plus important au monde. — Palais des Festivals et des Congrès de Cannes / Dervaux

Sur la Croisette, les spectateurs en prendront plein les yeux. En coulisses, les artificiers, eux, vont jouer gros. « Ils viennent ici chercher une vitrine, une belle ligne sur leur carte de visite. Il nous arrive toujours plus de demandes de participation. Et nous avons le luxe du choix », s'enthousiasme Jean-Marc Solbes, le coordinateur du festival d'art pyrotechnique de Cannes, l'événement du Palais des festivals lancé ce mercredi.

« Boom » des commandes


Cette année, la Vestale d'Or, la récompense suprême décernée tous les quatre ans, est en jeu. Et pour les six candidats au sacre, forcément, les considérations économiques sont très importantes.

En lice le 7 août sur le thème « Un siècle en musique », la firme française Pyragric s'était qualifiée en obtenant le Prix du jury en 2011. « Le carnet de commandes avait tout de suite grossi, confirme Romain Schonfeld, le patron de cette entreprise lyonnaise. Et une Vestale d'or serait évidemment un très gros plus sur notre CV. On mise beaucoup sur le festival surtout vis à vis des collectivités locales. » La société aux 3 000 feux d'artifices n'est d'ailleurs pas une inconnue sur la Côte. Ses services ont déjà été commandés par les mairies de Nice, Antibes et… Cannes. « Nous profitons aussi de notre présence au festival pour inviter nos clients à venir découvrir notre savoir-faire dans d'excellentes conditions », confie aussi le responsable. Les artificiers en compétition n'hésitent d'ailleurs pas à investir dans l'événement. En plus des 40 000 € que les organisateurs allouent à chaque firme pour leur feu d'une trentaine de minutes, elles dépenseront elles-mêmes entre 40 000 et 60 000 € pour éclairer la rade cannoise des meilleurs effets.

■ L'Azerbaïdjan donne le coup d'envoi

Comme l'an dernier, c'est un feu d'artifices made in Azerbaïdjan, qui ouvrira le festival, ce mercredi soir à 22 h. Ce show signé du Baku Firework Group est présenté hors compétition. Les Italiens de Morsani seront les premiers en lice le 14 juillet. Suivront Zaragona (Espagne) le 21, Vaccalluzzo (Italie) le 28, puis Pyragric (France) le 7 août, Pyro magic (Chine) le 15 et enfin Khan (Russie) le 24. Le public peut également voter sur festival-pyrotechnique-cannes.com.