La falaise a explosé à l'aise

Fabien Binacchi

— 

La ville de Nice.
La ville de Nice. — Capture d'écran/ Google Map

Secteur bouclé, rues désertes... Mercredi, à l'est de Nice, le quartier Bon voyage avait des airs de ville fantôme. A 16 h 48 très précises, et avec quelques heures de retard faute à la météo, une explosion a fait voler ce troublant silence en éclat. L'opération de minage qui se jouait là toute la journée est un « succès ». Quelque « 3 700 tonnes de roche ont été purgées grâce aux 300 kg d'explosifs mis en œuvre », résume la mairie. Le 30 janvier, après une série de violentes intempéries, un pan entier de la falaise s'était décroché, et des tonnes de pierres calcaires menaçaient encore de tomber.

1 400 personnes évacuées


« Ce dynamitage était nécessaire pour que les riverains puissent continuer à habiter le secteur », précise aussi le maire de la ville Christian Estrosi. Au total, 1 400 habitants du quartier priés mercredi de laisser la place aux artificiers, les experts de la Société dynamic consult international. Une question de sécurité même si « les cinquante-neuf charges avaient été disposées jusqu'à 15 m de profondeur et sachant que l'explosion était protégée par des filets anti-sous-marins notamment pour éviter les projections sur les immeubles », indique Lionel Bitsch, responsable adjoint de la direction de la prévention et de la gestion des risques à la métropole Nice Côte d'Azur. « Toutes les inspections ont permis de garantir l'intégrité des biens dans leur totalité, y compris les infrastructures SNCF [lire l'encadré] et toutes les zones habitées », a fait savoir la ville une fois le nuage de poussière retombé. Et, dès 18 h 45, les voisins évacués, dont 400 avaient été hébergés dans des centres d'accueil pendant l'opération, ont pu commencer à rejoindre le quartier. 

■ Pas de train avant plusieurs mois

Fermée depuis l'éboulement, la ligne SNCF Nice-Tende, située en contrebas de la falaise, devra encore patienter. Des « travaux de protection de la paroi » doivent être menés et un « merlon », sorte de digue, va être également érigé, précise la ville. « Il y aura ensuite une opération de déblayage du ballast et un chantier de vérification des rails et des équipements électriques », fait savoir la SNCF. En attendant, les bus de substitution vont continuer à circuler.