L'Etat lorgne Saint-Laurent pour construire une prison

Fabien Binacchi

— 

La parcelle s'étend sur 30 hectares.
La parcelle s'étend sur 30 hectares. — Archives F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Bientôt un nouvel établissement pénitentiaire à Saint-Laurent-du-Var ? Pour pallier à la surpopulation des prisons déjà existantes dans le département, l'Etat étudie en tout cas la question. L'Agence publique pour l'immobilier de la justice (Apij) a lancé un appel d'offres en ce sens. Il court jusqu'au 4 juillet et « concerne une mission de diagnostic de la faune et de la flore ayant pour but d'évaluer l'impact potentiel de la construction d'un établissement sur le terrain des Iscles », situé au nord de la ville, dans la plaine du Var, peut-on lire sur le Bulletin officiel des annonces des marchés public.

Un « non catégorique »


« C'est au simple stade de l'étude. Rien n'est acté », explique-t-on en préfecture. C'est « niet » en tout cas du côté de la commune. « Je suis catégoriquement contre, lâche le maire de Saint-Laurent-du-Var. J'ai appris la nouvelle sur les réseaux sociaux. Tout a été fait en catimini, poursuit Joseph Segura. Je vais écrire à la Garde des Sceaux pour lui demander des explications. » L'édile précise aussi qu'il a « bien d'autres projets » sur ce terrain de 30 hectares. « Nous avons besoin de gymnase, de piscine et de logements sociaux », énumère-t-il.

Le projet d'une nouvelle prison, évoqué depuis une dizaine d'années, mais encore jamais engagé, permettrait notamment de remplacer celle de l'Est niçois. Vétuste, elle est aussi la deuxième la plus surpeuplée de la région. Fin 2013, son taux d'occupation atteignait ainsi 166 % chez les hommes et 138 % pour les femmes. Avec celle de Grasse, 936 places sont disponibles pour 1 442 détenus actuellement.

■ Critères de sécurité

Selon la préfecture, la parcelle réunit les critères de sécurité : soit faire plus de 11 hectares et être située à moins de trente minutes du palais de justice de Nice. Une visite est prévue avec l'Apij début juillet.