La meilleure table de France

Fabien Binacchi
— 
Mauro Colagreco a repris les cuisines du Mirazur, à l'est de Menton, en 2006.
Mauro Colagreco a repris les cuisines du Mirazur, à l'est de Menton, en 2006. — Archives F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Il manque de peu le Top 10, mais pour Mauro Colagreco, « c'est déjà incroyable ». Le Mirazur du chef mentonnais de 37 ans arrive 11e du dernier classement des « 50 meilleurs restaurants du monde », dévoilé lundi soir par le très influent magazine britannique Restaurant. Classé 28e l'an dernier, le cuisinier azuréen aux deux étoiles se paie surtout le luxe de doubler quelques-uns de ses plus illustres collègues de la gastronomie tricolore. Il surclasse notamment L'Arpège d'Alain Passard (25e), chez qui il avait fait ses classes. Mais aussi Le Chateaubriand d'Inaki Aizpitarte (27e), L'Atelier Saint-Germain de Joël Robuchon (31e) ou L'Astrance du chef Pascal Barbot (38e).

« C'est surréaliste »


« C'est un classement. Et comme tous les classements en cuisine, ça reste subjectif. Je suis absolument ravi, mais je garde la tête froide », confiait mardi à 20 Minutes Mauro Colagreco. « Etre passé devant de très grands, comme le Per Se, à New York, et d'autres restaurants trois étoiles, c'est vraiment surréaliste », s'est-il aussi enthousiasmé, précisant que le « téléphone des réservations n'arrêtait pas de sonner ». Les prémisses peut-être d'un troisième macaron pour le cuisinier d'origine argentine ? « J'y pense , bien sûr, comme tous les chefs », confie-t-il.

■ Ascension éclair

A la tête du Mirazur (au 30, avenue Aristide-Briand à Menton) depuis 2006, Mauro Colagreco connait un parcours sans fausse note. Le chef argentin a obtenu 1 étoile Michelin en 2007, et la seconde en 2012.