Des rebondissements en série

— 

Maurice Agnelet, mercredi à Rennes.
Maurice Agnelet, mercredi à Rennes. — M. Pattier / Sipa

Guillaume Agnelet confirme ses accusations. Sa mère les nie et menace de se suicider. Des enquêtes s'ouvrent en Italie… La journée de mercredi a encore été particulièrement chargée, au troisième procès de Maurice Agnelet, l'ex-avocat de 76 ans accusé d'avoir tué sa maîtresse Agnès Le Roux, en 1977. Dans la matinée, le fils a ainsi renouvelé ses déclarations : son père serait bien l'auteur du meurtre de l'héritière du casino niçois du palais de la Méditerranée. Devant la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine, il a même donné des détails sur le lieu des faits, à Monte Cassino, au sud de l'Italie, selon lui. Des révélations qui lui auraient été faites par ses parents. « Je trouve ça totalement irréaliste et rocambolesque », a réagi en visioconférence sa mère, Annie Litas, affirmant que son fils était victime de troubles psychiques. Et la situation a viré au drame familial en début de soirée lorsqu'elle a menacé de se suicider dans un SMS transmis à Guillaume Agnelet. En attendant, les accusations de ce dernier ont motivé l'ouverture de deux enquêtes complémentaires en Italie. L'une menée par les carabiniers de Cassino et l'autre par la police judiciaire transalpine. En France, le procès se poursuit. F. B.