La météo a jouéles trouble-fêtesLa nouvelle « maison du Carnaval » des candidats

Fabien Binacchi

— 

Le roi de la Gastronomie à son ultime défilé, mardi, avant d'être incinéré.
Le roi de la Gastronomie à son ultime défilé, mardi, avant d'être incinéré. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

La grisaille et même la grêle, ce week-end, ont sérieusement compliqué les affaires du Roi de la Gastronomie. Son défilé annulé samedi soir n'a fait que confirmer la tendance. Les 190 000 visiteurs de l'an dernier ne seront pas dépassés. Après avoir enregistré « une hausse de la fréquentation ces six dernières années », selon Denis Zanon, le Carnaval de Nice accuse le coup. « On sera en dessous en termes d'entrées payantes et donc de recettes », relève ainsi le directeur de l'office du tourisme de Nice, qui détaillera ce mercredi le bilan économique de l'événement.

Moins d'Anglais et d'Italiens


Pour lui, « quelques corsos à guichets fermés n'ont pas réussi à compenser la mauvaise météo en première semaine et un calage compliqué sur les vacances ». Et dans les hôtels aussi, le manque d'appétit pour le Roi de la Gastronomie s'est fait sentir. Si le taux de remplissage des 2* et 3* ne décrocherait que légèrement, le coup est en revanche plus rude pour les catégories supérieures. « Nous enregistrons une baisse de 10 % à 15 %, relève Michel Tschann, le président du syndicat des hôteliers Nice Côte d'Azur. Les intempéries du mois de janvier ont mis un vrai coup de frein sur les réservations. Et surtout pour les clientèles anglaises, japonaises et italiennes. »

Dans le hangar de la rue Richelmi, à l'est de la ville, où ils montent leurs chars, les Carnavaliers niçois sont trop à l'étroit. Mais leur déménagement, plusieurs fois évoqué, n'est toujours pas d'actualité... Des candidats à l'élection municipale livrent leur projet. Olivier Bettati (DVD) est en quête d'un endroit pour que « la maison du Carnaval devienne un lieu ouvert au public ». Christian Estrosi (UMP) veut lui aussi un lieu accessible « lors d'expositions ». Le choix de son emplacement est « en cours d'étude », pour le maire sortant. La frontiste Marie-Christine Arnautu entend de son côté transférer cette maison du Carnaval « au cœur des anciens Abattoirs ou dans la halle Spada ». Cette même halle est également dans les plans du candidat Patrick Allemand (PS). Elle deviendrait, selon lui, « un centre des arts et traditions populaires niçois accueillant un musée du Carnaval ».