Les policiers veulent sonder le cœur des ZSP

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Le sondage a commencé en avril.
Le sondage a commencé en avril. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Une enquête pour mieux comprendre la population des quartiers difficiles. Depuis avril 2013, la police réalise un sondage dans les zones de sécurité prioritaire (ZSP) des quartiers de l'Ariane et des Moulins à Nice. Un questionnaire que s'est procuré 20 Minutes et qui « permet de connaître les besoins et difficultés de ces habitants », selon Marcel Authier, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP). Mais aussi de « cerner les relations entre la police et les citadins », poursuit ce dernier.

« La police nous effraie »


Ainsi, 63 % des sondés (560 personnes ont déjà répondu) accordent une confiance assez bonne, voire excellente à la police. Mais 60 % considèrent que les habitants et les forces de l'ordre ne se connaissent pas suffisamment. « Le gros point noir de cette enquête », pour le patron de la police azuréenne qui juge « ce questionnaire pas complaisant, bien au contraire ». « Dans votre quartier, la police est-elle efficace ou pas efficace ? », « Trouvez- vous que les policiers interviennent rapidement lors d'un appel 17 ? »... sont autant d'autres questions posées. « Leur présence est rassurante, confie une habitante des Moulins. Mais nous sommes effrayés de les voir avec leurs flashballs. » Tous les trois mois, les réponses sont évaluées « pour voir ce qu'il change en fonction des mesures prises [lire l'encadré] », explique Marcel Authier. « C'est bien de prendre nos avis mais je ne suis pas sûr que cela change quelque chose », concède une habitante d'une ZSP.

■ Rencontres

Des mesures ont été prises après le sondage. Notamment des rencontres entre habitants et policiers. Les agents ont aussi reçu des formations pour faciliter leurs échanges avec la population.