Les Passeurs de livres espèrent libérer la lecture

Fabien Binacchi

— 

L'association a installé une de ses bibliothèques dans un supermarché.
L'association a installé une de ses bibliothèques dans un supermarché. — Les passeurs de livres

Aux USA, on appelle ça le « bookcrossing ». Le concept ? Laisser un livre dans la nature, en espérant qu'il sera lu et « libéré » à nouveau. Le phénomène est désormais arrivé jusqu'à Grasse. Dans une version... un peu plus organisée. Depuis cet été, l'association Les Passeurs de livres installe en ville ses bibliothèques gratuites. « Avec des meubles de récup' faute de budget », explique l'enseignant et écrivain Jean-Claude Junin, à l'initiative du projet. Un stock de 3 500 livres donnés est déjà en circulation dans trois points d'emprunt. A la gare routière, dans la rue de l'Oratoire et depuis peu à l'entrée de la galerie marchande du Plan de Grasse.

Amener un nouveau public


Samedi, un nouveau présentoir sera installé à l'entrée d'un pub irlandais, avec une sélection en langues étrangères. « On laisse un livre qu'on a bien aimé dans l'idée de le faire partager. A terme, nous espérons amener un nouveau public à la lecture », assure Jean-Claude Junin. Michel Teisseire, patron à Grasse de la librairie Les vraies richesses, n'en est pas convaincu. « Il y a déjà les bibliothèques municipales. Je ne vois ce que ça peut apporter de plus », s'interroge t-il. L'association, elle, espère bien créer des vocations dans le département. « Je n'y vois pas de mal même si je doute que ceux qui ne lisaient pas modifient leurs habitudes, pense de son côté Xavier Ollivrin, président de l'association Libraires à Nice. Mais toutes les occasions d'amener des livres dans la rue sont bonnes ! »

■ « Déperdition »

L'association voit disparaître 10 à 20 % de son stock. « Ce n'est bien sûr pas le but. Il faut ramener les livres », sourit Jean-Claude Junin. Une équipe de bénévoles surveille l'état de chaque bibliothèque.