Suspendu pour « prosélytisme »

Fabien Binacchi

— 

L'agent est en poste depuis trois ans.
L'agent est en poste depuis trois ans. — Archives / J.C. Magnenet / ANP / 20 Minutes

Le bras de fer est engagé entre lui et le préfet. Depuis le 13 novembre, un agent de sûreté de l'aéroport de Nice s'est vu retirer son habilitation par les services de l'Etat. « Le préfet évoque un comportement de radicalisation religieuse, parce qu'il parlerait en arabe avec des collègues et qu'il refuserait de serrer la main aux femmes », selon l'avocat de ce Français musulman de 25 ans, dont le contrat a été suspendu. L'employé de la société ICTS, qui officiait au filtrage des bagages, aurait aussi exprimé « une certaine sympathie pour des actes terroristes, ce qu'il réfute totalement », selon Me Sefien Guez Guez.

Décision attendue mardi


Mi-décembre, le tribunal administratif suspendait la décision du préfet, que ce dernier décidait de renouveler quelques jours plus tard. « Il ne faut pas que l'ambiance islamophobe autorise la préfecture à mettre au ban un père de famille en l'absence de tout élément factuel », a réagi le Collectif contre l'islamophobie en France. Interrogés par 20 Minutes, les services de l'Etat n'ont, quant à eux, pas souhaité commenter l'affaire, que le tribunal administratif doit réexaminer mardi.