Un trafic de drogue, clef de l'affaire du « barbecue »

Fabien Binacchi

— 

Le procureur, en compagnie de gendarmes, a détaillé l'affaire.
Le procureur, en compagnie de gendarmes, a détaillé l'affaire. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Un « règlement de compte sur fond de trafic de stupéfiants ». Le corps calciné retrouvé dans le coffre d'une voiture incendiée, mercredi dernier à Mougins, a été identifié. Tout comme l'auteur des faits. Mis en examen lundi pour assassinat et destruction par incendie, ce Cannois de 26 ans a avoué et a été écroué. Devant les gendarmes azuréens et ceux de la section de recherche de Marseille, chargés de l'enquête, il explique avoir été mandaté par la victime pour garder du cannabis. « Moustique », dealer de 25 ans déjà connu de la justice, l'aurait ensuite accusé d'en avoir conservé.

Treize coups de couteau


Une dispute éclate. Le suspect raconte que la victime le menaçait d'un couteau et qu'il serait parvenu à le désarmer avant de retourner l'arme contre lui. Une version discutable, selon les enquêteurs, étant donné « l'acharnement » de l'auteur des faits présumé. « Treize traces de blessures à l'arme blanche, dont deux mortelles, ont été relevées », a précisé mercredi le procureur de Grasse Georges Gutierrez. Le suspect a ensuite tenté de faire disparaître les preuves jusqu'à incendier le corps, un « mode opératoire exceptionnel ici », selon lui.

Quelque 40 officiers ont été mobilisés dans cette affaire. Et l'enquête se poursuit aujourd'hui autour d'un éventuel réseau. Un dispositif important « pour délivrer un message aux délinquants des Alpes-Maritimes : les règlements de compte ne restent pas impunis », a martelé le colonel de gendarmerie Gaël Marchand.

■ Intimidations

Avant son interpellation, samedi, le suspect, hopsitalisé à Cannes à la suite d'un accident de la route, avait reçu la visite de proches de la victime, venus « l'intimider », ont révélé les gendarmes, mercredi.