Les trois coups d'une nouvelle ère

Fabien Binacchi

— 

Guitare électrique, décors futuristes, projections vidéos… et textes de Victor Hugo. C'est avec une création originale et léchée du metteur en scène Paulo Correia, que le TNN ouvre une nouvelle page de son histoire, ce mardi soir. L'adaptation de Angelo, tyran de Padoue sera ainsi la première pièce jouée sur les planches du théâtre national de Nice, depuis l'arrivée, le 1er janvier, d'Irina Brook, la nouvelle directrice des lieux.

Des textes féministes


Programmées par son prédécesseur Daniel Benoin, aux commandes de l'institution azuréenne durant onze ans, ces dates signeront la passation de pouvoir (lire l'encadré). « Nous avons travaillé sur une mise en scène rétro-futuriste à la mode du Metropolis de Fritz Lang et de Blade Runner, a confié à 20 Minutes Paulo Correia. Comme Victor Hugo l'avait imaginé en évoquant déjà à l'époque un temps passé. » Lundi, avec ses cinq comédiens, il proposait pour 250 collégiens une générale de cette histoire imaginée dans l'ancienne Italie. Angelo règne sur Padoue (une ville de Vénétie) et sur les femmes qui partagent sa vie. Bien que marié, il a une maîtresse. Et il tente d'exercer son pouvoir sur les deux, qui sans le savoir partagent aussi le même amant, jusqu'à décider de leur mort. De l'amour, de l'emprise que les êtres peuvent exercer les uns sur les autres, les textes d'Hugo évoquent surtout la question de la place de la femme dans la société et de l'avènement du féminisme. « Ils ont été écrits en 1835, mais ils ont encore toute leur dimension aujourd'hui, insistent le metteur en scène et sa dramaturge Gaële Bohossian. L'actualité nous le rappelle tous les jours. »

■ Un changement « dans la continuité »

Lundi, Daniel Benoin était dans la salle pour donner encore quelques conseils au metteur en scène. Mais depuis le 1er janvier, c'est Irina Brook qui tient les rênes du TNN. « Elle est agréable, ouverte à la discussion, selon Paulo Correia. Elle entend travailler dans la continuité. » Irina Brook avait été désignée au terme d'un processus mouvementé. Un différend opposait le maire de Nice, qui souhaitait que soit renouvelé Daniel Benoin, à la ministre de la Culture.