Les mains dans la terre... pour retrouver un travail

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

L'association existe depuis mai.
L'association existe depuis mai. —

Avoir la main verte pour décrocher un contrat. L'association Les jardins partagés de Terra Segurana, qui met à disposition de ses adhérents des parcelles de terre, va se lancer dans l'insertion professionnelle. « On veut axer certains emplois sur l'économie locale », assure Laetitia Barriera, secrétaire de l'association basée à Nice et dans le moyen-pays. Pour cela, l'objectif est de développer les contrats aidés. « On a l'intention de prouver que l'agriculture peut ramener du travail dans le département, explique la secrétaire. Nous allons prendre deux contrats uniques d'insertion dès la fin de l'année. »

L'exemple de la Normandie


A plus long terme, Les jardins partagés de Terra Segurana visent à les transformer en temps-plein. Mais pour l'instant, impossible de prendre de salariés en contrat à durée déterminée car « la production de légumes n'est pas encore suffisante », avance Laetitia Barriera. A destination de personnes en recherche d'emploi ou « de ceux qui veulent se requalifier », cette offre est à l'étude. « Nous avons un rendez-vous avec Pôle emploi dans deux semaines. Il y a des exemples, comme en Normandie, où cela marche très bien », précise Florent Nègre, président de l'association. Les futurs bénéficiaires pourront ainsi apprendre à gérer et optimiser les surfaces d'un terrain, produire une agriculture intelligente ou encore cultiver avec la Lune. « Nous associerons des techniques anciennes aux plus récentes », confie Florent Nègre qui vise deux à trois contrats par trimestre dès 2014.

■ Plusieurs parcelles

L'association dispose pour l'instant d'une parcelle de 5 000 m2 à Saint-Martin du Var et de trois autres à Falicon, dans le quatier Saint-Roch et dans la Plaine du Var. Elle est toujours en quête de terrains.