Coup de filet dans les salons

Fabien Binacchi

— 

Dans le Vieux-Nice, le Lotus Paradise a baissé le rideau.
Dans le Vieux-Nice, le Lotus Paradise a baissé le rideau. — F. Biinacchi / ANP / 20 Minutes

Massage « body-body », naturiste ou tantrique ? Ces établissements niçois offraient un peu plus que les prestations standards. En début de semaine, huit salons de massage chinois qui proposaient des relations sexuelles tarifées ont été investis par la police aux frontières (PAF). Et 24 personnes, dont 16 masseuses de 25 à 36 ans, ont été interpellées. « Des riverains avaient signalé des allers et venues troublants dans un salon », révèle Didier Martin, le directeur départemental de la PAF. Laissées libres, les masseuses, toutes chinoises sauf une thaïe, offraient ainsi quelques « extras ». « Le climat créé par nos deux corps dénudés est plus propice à la détente », vantait ainsi, à propos de son « massage naturiste », le Lotus Paradise sur son site Internet.

Gérantes mis en examen


Cinq gérantes ont été écrouées. Une sixième a été placée sous contrôle judiciaire. Elles ont été mises en examen pour « proxénétisme aggravé, travail dissimulé, emploi d'étrangers sans titre, aide au séjour d'étrangers en situation irrégulière et exercice illégal du métier de masseur-kinésithérapeute ». « Ce type d'établissement a une durée de vie éphémère. Ils ouvrent cinq à six mois, puis l'activité s'arrête », a précisé le directeur.

■ Ramifications

« On a eu les têtes locales, mais nous avons encore beaucoup de travail », a expliqué à 20 Minutes le directeur départemental de la PAF. Il n'exclut pas des « ramifications nationales ou internationales ».