Les Azuréens ne sont pas encore les experts du tri

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Les résultats sont bien
en deçà de la moyenne nationale.
Les résultats sont bien en deçà de la moyenne nationale. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Ce n'est pas encore un geste du quotidien pour tous les Maralpins. Avec 43 kg de déchets triés par personne, en 2012, les Azuréens progressent (+4 % par rapport à 2011), mais peuvent encore beaucoup mieux faire. « Le département est bien en deçà de la moyenne nationale », relevait mardi Richard Quemin, le directeur régional sud-est d'Eco-emballages. Selon la société privée à but non lucratif, mandatée par l'Etat pour le suivi du tri des déchets, 46 488 tonnes d'emballages ménagers ont pris le chemin d'une seconde vie dans le département, l'an dernier.

L'Ariane équipé en 2013


Malgré des retards importants dans les habitudes et les infrastructures disponibles – la région Paca se classe avant-dernière en France –, des avancées sont constatées. A Nice, « les quartiers de l'Ariane et des Moulins sont équipés depuis cette année. Ils étaient totalement dépourvus de conteneurs », analyse Richard Quemin. D'ici à la fin de l'année, près d'une centaine de ces bacs à tri sélectif devrait être installée. « Il faut faire des diagnostics rue par rue, explique ce dernier. On a toujours plus de mal dans les grandes villes. » Dans la capitale azuréenne, ce sont les immeubles anciens et le centre-ville qui sont principalement dépourvus du dispositif. « Les Niçois collectent deux fois moins que dans les milieux ruraux. Il faut convaincre les gens, immeuble par immeuble, et rendre plus facile la tâche », résume Yann Jacquarb, un responsable d'Eco-emballages.

■ En chiffres

La métropole regroupe 850 colonnes à papier, 1 013 à verre et 450 conteneurs enterrés et semi-enterrés. Ce sont aussi 39 300 bacs jaunes et 13 déchetteries gratuites répartis sur les 46 communes.