Les Jeux de la Francophonie ont leurs petites fourmis

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Léa devant le centre d'accréditation.
Léa devant le centre d'accréditation. — J.-A. Gallien-Lamarche/ANP/20 Minutes

Ils sont un peu plus de 1 300 à œuvrer dans l'ombre. Eux, ce sont les bénévoles. Plus ou moins jeunes, en activité ou retraitées, ces petites mains aident chaque jour à la bonne organisation, à Nice, des 7e Jeux de la Francophonie. « A mon goût, l'événement n'est pas assez reconnu en France par rapport à d'autres pays, admet Léa, une Niçoise qui gère les accréditations. Alors je me suis investie à fond. Et puis je voulais montrer que Nice pouvait réussir un tel événement ».

Sessions de recrutement


La diplômée d'un master dans l'événementiel vit la manifestation avec passion et le bénévolat s'est imposé. « J'ai souvent l'habitude de dire que c'est une expérience professionnelle avant l'heure, et c'est bien vrai », poursuit-elle. C'est à partir de juin que les premières inscriptions ont été lancées. Les futurs bénévoles sont alors amenés à remplir un questionnaire et à participer à des sessions de formation spécifiques. « Sélection, recrutement, affectation », résume un responsable du bénévolat. Depuis le début des Jeux, certaines personnes viennent encore proposer leur aide. « On fait un travail quotidien de rééquilibrage, raconte le responsable. Il y a des désistements, d'autres qui sont malades… Hier matin, par exemple, quatre personnes se sont portées volontaires. » Les organisateurs ne refusent pas ce personnel en plus. Avec près de 54 délégations, 19 disciplines et des milliers de participants, le rendez-vous n'aurait certainement pas lieu sans l'aide de ces volontaires.

■ Des postes multiples

Les bénévoles sont affectés sur différents postes relatifs à l'organisation des Jeux : chauffeurs, accueil des participants et VIP, accompagnateurs des délégations sur les sites…