Les déchets traqués en mer

Fabien Binacchi

— 

L'avion longe les 120 km de côtes pour donner des indications aux bateaux.
L'avion longe les 120 km de côtes pour donner des indications aux bateaux. — F. Binacchi/ANP/20 Minutes

Sa tournée commence à 8 h 40 tous les matins. Depuis samedi et jusqu'au 1er septembre, un Cessna balaiera les 120 km de côtes entre Théoule et la frontière italienne, prêt à donner l'alerte. « Il va détecter les éventuelles nappes de macrodéchets et les signaler à des bateaux nettoyeurs », présente Eric Ciotti, le patron du département, qui finance cette opération estivale (95 500 €) « pour assurer la qualité des eaux de baignades ». Tous les ans, 330 m3 de déchets sont collectés, en moyenne.

Emportés par le courant


« Cela peut sensiblement varier d'une année à l'autre, en fonction des conditions météo [les orages trimbalant beaucoup de détritus depuis les terres] et du courant liguro-provençal », note Cyril Marro, directeur de l'environnement au conseil général. En pratique, une fois l'alerte donnée à l'un des quatorze bateaux nettoyeurs du littoral, ce dernier intervient pour traiter la pollution. «  On a affaire à des sacs plastiques, et aussi à un peu tout ce qui peut être balancé par les plaisanciers, déplore à Cannes Philippe Chilini, directeur du Siplop, le Syndicat intercommunal pour la protection du littoral ouest. Nous intervenons également sur des déchets végétaux et de petites tâches d'hydrocarbures. »

■ Des sacs distribués

Cet été, 110 000 sacs seront distribués dans les 34 ports du département. Ils seront laissés à la disposition des plaisanciers, pour leurs déchets. Des actions de sensibilisation seront aussi menées.