« On a rarement vu autant de musées, sauf à Paris ! »

Propos recueillis par Marie Veronesi

— 

P. Mitrano

De la Chine à l'Argentine, de l'Afrique du Sud à la Norvège, Fabrice Doumergue a arpenté le globe. Après avoir bourlingué dans le monde entier, cet enquêteur et rédacteur du Routard a eu pour mission de contribuer à l'actualisation du guide Côte d'Azur 2013. Conquis par le territoire, il livre ses impressions.

En tant que grand voyageur, quel regard portez-vous sur la Côte ?

Elle a un peu une mauvaise image. De par le nombre de touristes qu'elle attire, on s'attend à trouver du stress, un mauvais service et des prix exorbitants. Mais il y a de vrais professionnels qui font leur métier avec passion. On a été étonnés de trouver de nombreuses adresses avec un bon rapport qualité/prix, contrairement à d'autres endroits moins connus et plus chers. La Côte s'est révélée beaucoup plus intéressante qu'on ne l'imaginait.

En quel sens ?

Particulièrement au niveau de l'offre culturelle. Le musée Renoir, Matisse, Chagall, la chapelle de Vence, le musée Picasso, la chapelle de Vallauris… A part Paris, on a rarement vu de département aussi riche en musées !

Et concernant les transports ?

Pour un touriste qui n'est pas pressé, ce n'est pas si mal. Il y a un réseau de bus développé, une politique de transports peu chers, et la possibilité d'utiliser le train ou les bus. L'arrière-pays pêche un peu, c'est sûr, mais on sent un réel investissement quant aux structures d'accueil. Le moindre village a son office du tourisme, ce qui est loin d'être le cas ailleurs !

■ Coup de cœur

A Saint-Jean-Cap-Ferrat, l'enquêteur est tombé amoureux de la villa Santo Sospir : « Jean Cocteau y a tatoué de fresques les murs, c'est magnifique, on l'a inclus de suite dans le guide. »