Ils vont veillersur vous tout l'été

Fabien Binacchi

— 

Leur guérite n'a rouvert que samedi, mais déjà ils ont plongé dans le grand bain ! Quatre interventions pour consommation de produits stupéfiants, vingt autres pour de l'alcool, six bobos à soigner et une altercation avec baffe à la clé pour un agent assermenté… Le bilan de leur première journée de l'année, en poste à Macé (sur la Croisette), est déjà conséquent. « Les plages sont un concentré de vie », acquiesce Patricia Gonzales, chef du service postes de secours à la police municipale de Cannes.

« Un miraculé l'an dernier »


Sous sa responsabilité, 9 CRS, 9 agents de la ville et 12 saisonniers civils, répartis dans cinq QG, vont assurer jusqu'au 1er septembre la sécurité des plages de la cité des festivals. « On intervient pour la sécurité des baigneurs, bien sûr. L'an dernier par exemple, du côté de Gazagnaire, on a eu un miraculé, raconte le brigadier-chef de la police municipale Alain Bedrossian. Un homme de 81 ans a fait un malaise. Il était en arrêt cardio-respiratoire à sa sortie de l'eau. On a pu le récupérer après plus de 15 minutes de massage cardiaque. Puis il a fait 15 jours de réanimation. » Sur ce même secteur de la pointe-Croisette, le plus vaste de Cannes, les secouristes, tous titulaires du brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique, sont intervenus 5 fois au total l'été dernier, pour traiter des noyés. Ajoutez à cela 441 soins divers et 957 autres pour des brûlures de méduses… Puis le vol d'un bateau, et plus de 400 avertissements toutes infractions confondues, dont 5 pour prier des nudistes d'aller se rhabiller. « C'est vraiment varié ici ! On ne s'ennuie pas », lâche Patricia Gonzales. Tout cet été, les 30 secouristes cannois interviendront encore certainement tous azimuts.

■ A Nice, présence renforcée depuis vendredi

En prévision de l'afflux touristique, Nice a enclenché depuis vendredi son dispositif de surveillance renforcée. Il comprend la présence de 225 agents municipaux en journée et de 27 à 37 policiers pendant la nuit. La ville fait notamment état du « renforcement des patrouilles sur les créneaux horaires les plus sensibles, de la fin d'après-midi et de la soirée, et sur les sites touristiques les plus exposés [Vieux-Nice, prom et zone piétonne]. »