Les trois défis du marché du travail sur la Côte d'Azur

Fabien Binacchi
— 
Les restos recrutent (Archives).
Les restos recrutent (Archives). — A. Selvi/ANP/20 Minutes

Avec plus de 61 000 demandeurs fin avril, le taux de chômage dans les Alpes-Maritimes augmente encore de 2 %. Alors que l'Etat lançait ses « 5 jours pour l'emploi » (lire encadré) ce lundi, 20 Minutes passe en revue les challenges du marché du travail azuréen.

Trouver la bonne équation dans l'hôtellerie-restauration. Les professionnels du secteur en parlent depuis des années, mais le problème perdure. « C'est toujours galère de trouver du personnel qualifié et volontaire en cuisine », lance Hubert Boivin, le patron du syndicat des restaurateurs limonadiers dans le département. Le nombre d'offres est toujours plus important que celui des demandes.

Réconcilier les employeurs avec les seniors. Fin avril, les plus de 50 ans sans emploi étaient 19 110 dans le département. Leur nombre continue ainsi d'augmenter, plus qu'ailleurs, après une hausse de 17, 1 % déjà enregistrée l'an dernier. Pour résorber le chômage des séniors, « il faut compter sur les contrats de génération », assure le préfet des Alpes-Maritimes, Christophe Mirmand.

Booster la mobilité des Azuréens. Si le territoire enregistre un taux de chômage de 10, 1%, c'est aussi parce que « les habitants du département souffrent d'un déficit de mobilité », souligne aussi Ghislaine Ellena, la directrice territoriale de Pôle emploi dans le 06. Les réseaux de transports en commun, moins développés que dans certaines régions, selon elle, un arrière-pays enclavé, ne facilitent pas la tâche des demandeurs d'emploi.

■ Programme

Ateliers pratiques sur internet, job- datings, rencontres, pendant toute cette semaine, les « 5 jours pour l'emploi » vont mettre en relation les employeurs et les demandeurs. Le détail sur www.pole-emploi.fr.