Voir les requins d'un nouvel œil

Fabien Binacchi

— 

Un requin Mako conservé au musée océanographique.
Un requin Mako conservé au musée océanographique. — F. Binacchi/ANP/20 Minutes

Pour Robert Calcagno, il y a le mythe du requin sanguinaire, véhiculé par Les dents de la mer, et puis il y a la réalité, un peu éloignée. Dans sa nouvelle exposition, inaugurée ce samedi pour deux ans, le directeur général du musée océanographique de Monaco veut aller « Au-delà du malentendu » avec cet animal « infiniment utile à l'équilibre des océans ». En choisissant une présentation « sensorielle », l'institution monégasque joue la proximité et met ces stars des mers et le public face à face.

Caresser des squales


On touche ici la peau de certaines espèces et leurs denticules (écailles), on tâte des quenottes dans « la galerie des sourires », on voit les plus gros spécimens nager… Et puis vient le clou du spectacle : le « bassin caresse », que 20 Minutes avait pu tester en avant-première, au mois d'avril. Dans cet aquarium à ciel ouvert, une dizaine de requins Pyjama, de Léopards rayés et d'Émissoles tachetées se laissent facilement effleurer. L'attraction ne manquera pas de susciter l'attention et les visiteurs, qui pourront se targuer d'avoir « touché un requin » et auront peut-être vu ces squales d'un nouvel œil. « Notre propos n'est pas de dire qu'ils sont inoffensifs : cinq espèces sur 500 sont dangereuses pour l'homme. Mais plutôt de rappeler qu'ils provoquent la mort de 10 personnes par an, quand les serpents sont responsables de 100 000 décès », pointe Robert Calcagno. Et le directeur général ne manque pas de mordant pour rappeler que « c'est l'homme qui est plutôt une menace » pour ces poissons. Chaque année, plus de 100 millions de requins seraient ainsi tués par l'homme, selon l'institut océanographique.