Le GIGN prendle tarmac d'assaut

Fabien Binacchi

— 

Les hommes sur un Swatec.
Les hommes sur un Swatec. — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Aéroport de Nice, 6 h du matin ce mercredi. L'alerte est donnée. Un avion détourné va atterrir sur le tarmac. A son bord, vingt-neuf passagers et cinq membres d'équipage pris en otages par des terroristes. Le décor est planté. Mais la menace elle n'est pas réelle. Il s'agit d'un exercice grandeur-nature, orchestré par les services de l'état qui sont « en train de réécrire le plan Piratair [contre le terrorisme aérien] », présente le sous-préfet Jean-Daniel Montet-Jourdran.

Un blindé de six tonnes


Près de cent hommes sont mobilisés, dont une cinquantaine du seul Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN). Réunis dans un hangar du Terminal 2, les forces en présence définissent une stratégie. Le Swatec, un blindé de six tonnes équipé d'une passerelle, est finalement déployé sur les coups de 17 h 10. « Il a été conçu suite aux événements de Marignane [en 1994], fait savoir une source au GIGN. Quatre de ces engins sont disponibles et peuvent être transportés en moins d'une heure trente par avion, n'importe où en France. » Bilan de l'opération : cinq (faux) blessés, les otages de l'avion libérés.