Il mise sur le japonais au bac

Marie Veronesi

— 

Comme 35 élèves du département, ce Niçois a choisi le japonais en option.
Comme 35 élèves du département, ce Niçois a choisi le japonais en option. — M. Veronesi / ANP / 20 Minutes

En plus de l'éco, des maths et de l'histoire, Thiebaud devra montrer ce qu'il sait faire en japonais, la semaine du bac. Tandis que les futurs élèves de terminale décideront à la rentrée de s'inscrire ou non dans une ou deux options (lire encadré), 39 % des candidats azuréens en ont fait le pari cette année, à l'instar de Thiebaud. Et c'est la langue nippone qui a conquis le jeune homme de 17 ans. « J'ai vécu quatre ans au Japon pour le travail de mon père. Ils ont une culture vraiment différente de la nôtre, que j'ai voulu connaître de retour en France », justifie l'élève de terminale ES, au lycée d'Estienne-d'Orves de Nice.

Des points d'avance

Alors en plus de ses cours d'anglais et d'allemand, il a planché trois heures par semaine avec 16 autres camarades sur cette 3e langue vivante. « J'espère avoir au moins 15, ce qui me ferait déjà 10 points d'avance », calcule le lycéen, dont la carrière rêvée serait «  internationale, dans les finances ».

Le 26 juin il tirera au sort un thème, sur lequel il devra parler dix minutes. « C'est une langue atypique, les examinateurs devraient être sympas », espère Thiebaud, qui se laisse encore du temps pour réviser. « Le gros du travail se fait en cours », assure le futur diplômé, qui compte bien sur sa LV3 pour enrichir son CV.