Le ciel s'assombrit pour le photovoltaïque

Marie Veronesi

— 

Les panneaux solaires de la région produisent 530 MW par an.
Les panneaux solaires de la région produisent 530 MW par an. — Valsolar

Le marché du photovoltaïque stagne, tout juste s'il ne s'enfonce pas. Alors que se déroulent cette semaine les journées européennes du solaire, le secteur fait grise mine. « On subit aujourd'hui les conséquences du moratoire de 2011 », explique Jean-Louis Bal, le président du Syndicat des énergies renouvelables (Ser), qui pointe « un gros ralentissement de l'activité en deux ans », fortement liée à l'évolution des réglementations.

« Plus du tout rentable »


« Il y a quatre ans, on faisait 100 chantiers de photovoltaïque chaque année ! Aujourd'hui, tout juste deux…», témoigne Gérard Calvet, gérant de l'entreprise mandolocienne Assistance service installation (ASI), qui donne dans les panneaux solaires depuis vingt ans. « Les sociétés qui faisaient du mauvais travail ont jeté le discrédit sur l'ensemble de la profession », explique le dirigeant. La SARL Azur confort de Cagnes-sur-Mer a, quant à elle, complètement arrêté le photovoltaïque, « plus du tout rentable », pour se concentrer sur les climatisations réversibles.

« Le secteur s'éteint petit à petit. En un an, on a perdu un entrepreneur sur trois », alerte Hadrien Clément, président de l'Association des producteurs d'électricité solaire indépendants (Apesi). Et de souligner la baisse significative du tarif d'achat : « On est passé de 60 à 16 centimes en quatre ans ». Si le solaire est une énergie d'avenir, rien n'est moins sûr quant à sa filière.

■ Paca, région leader

Au 31 décembre 2012, le parc photovoltaïque de Paca produisait 530 mégawatts, plaçant ainsi le territoire « première région photovoltaïque de France», en terme de puissance, selon le Ser.