Le réseau SNCF paralysé

— 

Ce mardi, sur les quais niçois.
Ce mardi, sur les quais niçois. — F. BINACCHI / ANP / 20 MINUTES

Grosse pagaille ce mardi après-midi sur les rails du département. « Une très large majorité des contrôleurs », selon la SNCF, exerçaient leur droit de retrait après l'agression de deux agents, dimanche sur les quais de la capitale azuréenne puis à bord d'un TER reliant Aubagne à Marseille ce mardi même. Le mouvement spontané des cheminots a perturbé très fortement le trafic. Plus aucun train ne roulait à partir de 15 h sur les voies. Les quais des gares de la Côte d'Azur, comme ceux de Nice-ville, se sont vite retrouvés bondés. Ce n'est qu'en milieu d'après-midi que les usagers ont pu commencer à repartir dans quelques rames. « Moins d'un TER sur cinq circulait alors normalement », précise la direction régionale de l'entreprise ferroviaire, à Marseille, où une réunion avait lieu en début de soirée avec les syndicats. « Ces agressions sont inadmissibles », lance Cyrille Poggi, représentant CGT du personnel qui demande « des moyens supplémentaires de police ferroviaire et d'agents de contrôle. » En attendant la situation devait restait perturbée ce mercredi. « Le trafic sera très fortement perturbé toute la matinée avec en moyenne 1 train sur 5 sur l'ensemble du réseau », annonçait en soirée la SNCF. F. B