Après le verdict, le nouveau combat de Renée Dalmasso

Gabriel RafFaelli

— 

La mère de l'homme d'affaires suivra le dossier outre-Atlantique.
La mère de l'homme d'affaires suivra le dossier outre-Atlantique. — G. RAFFAELLI / ANP / 20 MINUTES

«Ce jugement est une étape de plus. Jusqu'à la mort, je chercherai la vérité, car je l'ai juré sur la poignée d'ossements qu'il me restait de mon fils. J'ai promis à Christophe qu'ils iraient tous en prison. » Les yeux embués de larmes, Renée Dalmasso est immédiatement repartie au combat jeudi après le verdict de la cour d'assises des Alpes-Maritimes. Edno Borba Da Silva a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de l'homme d'affaires cannois commis dans des circonstances nébuleuses en 2003. Tenace, énergique, la septuagénaire, qui enquête depuis une décennie sur les bourreaux de son fils, a désormais le regard tourné vers le Brésil.

Pour un nouveau procès au Brésil


C'est dans ce pays que le danseur de capoeira, lui-même ressortissant brésilien, est supposé être en fuite après avoir profité d'une libération sous contrôle judiciaire en 2009. Et c'est là-bas – et uniquement là-bas s'il ne réapparaît pas en France – qu'il pourrait être rejugé et condamné après avoir été interpellé. « Je ne vais pas lâcher. Ce sont mes avocats qui vont s'occuper de ça. En cas de besoin, ils apprendront le Brésilien », lance Renée Dalmasso. L'organisation d'un nouveau procès par la justice de cet Etat pourrait cependant ne pas être une mince affaire. « Il va falloir que le dossier soit trié et traduit, puis envoyé au Brésil, explique l'un de ses deux conseils, Me Edouard Martial. Ça peut traîner. La famille devra régulièrement interroger la chancellerie française pour savoir où l'affaire en est. »

■ Prison et sursis

Wissem Kraiem, qui avait transporté le cadavre découpé en morceaux dans des sacs, a été condamné à 7 ans de prison. Les deux hommes ayant incendié le véhicule de la victime ont écopé de 2 et 3 ans avec sursis.