Quelques comptes... «

Propos recueillis par A. Selvi

— 

C'est une confirmation. Jugé pour des emplois présumés fictifs qu'il aurait favorisé au sein de la mairie de Nice entre 2001 et 2008, Jacques Peyrat (Entente républicaine) a été relaxé ce mardi par la Cour d'appel d'Aix. Un délibéré qui suit celui prononcé en 1re instance, en juillet. «Lavé de tout soupçon», l'ex-premier magistrat de la capitale azuréenne met le cap sur 2013... et évoque déjà à demi-mots 2014.

■ Réaction

Jointe ce mardi, la mairie de Nice « prend acte de cette décision» et précise n'avoir agit qu'en vertu de l'article 40 du Code de procédure pénale, qui oblige une collectivité ayant connaissance d'un crime ou d'un délit à en avertir le procureur sous peine de poursuites.