Le débat au cœur de l'enquête publique

J. C. MAGNENET

— 

Dernier jour pour donner son avis. Ce mardi soir, l'enquête publique portant sur l'intérêt général du déménagement du marché d'intérêt national niçois (MIN) sera close*. Une quarantaine de contributions ont d'ores et déjà été versées sur ce grand projet, qui déplacera acheteurs et revendeurs de fleurs, de fruits et légumes, actuellement installés sur ce marché de gros. Box, parkings et bureaux quitteront le quartier niçois de Saint-Augustin pour laisser place aux immeubles du Grand Arénas... mais resteront sur le territoire de Nice Côte d'Azur : c'est à La Gaude, en amont de la plaine du Var, où le Centre de recherches économiques et d'actions techniques de la chambre d'agriculture est installé, que des nouveaux locaux sortiront de terre.

Moins de terres agricoles


«Les terres agricoles continuent donc de disparaître », juge comme d'autres détracteurs du projet la conseillère municipale niçoise d'opposition (EELV) Mari-Luz Hernandez-Nicaise, qui a apporté sa contribution au registre. «Sur cette commune, 89 hectares sont inscrits au plan d'occupation des sols. Le projet en prend 16, il en restera donc bien plus que les 50 ha fixés par la directive territoriale d'aménagement », répond Alain Philip, président au sein de la métropole de la commission en charge de l'urbanisme. Emmanuelle Gaziello est également montée au créneau. Comme le collectif OIN Plaine du Var, qui a aussi participé au débat, la conseillère métropolitaine d'opposition (PC) s'inquiète de l'augmentation du trafic routier dans la plaine, une fois ce déménagement réalisé, et ne voit dans ce projet qu'une «aberration économique». Tout l'inverse pour Alain Philippe : «le MIN sera ainsi relocalisé au plus près des producteurs locaux.» «Ce qui est sûr, c'est que les choses ne peuvent pas rester en l'état, souligne le président du syndicat des grossistes du MIN, Jacques Grazuolo. Nous nous sommes beaucoup concertés avec les élus de la métropole, la chambre d'agriculture, et nous sommes favorables au projet... A condition que tout soit fini en 2016 !» ■