Le loup sort les crocs et relance les débats

A. SELVI et J. C. MAGNENET

— 

Bernard Bruno a perdu 13 brebis dans une attaque dimanche.
Bernard Bruno a perdu 13 brebis dans une attaque dimanche. — J. C. MAGNENET / ANP / 20 MINUTES

«Si j'en vois un, ça va faire pschitt. » La carabine de Bernard Bruno ne quitte plus son véhicule. Ce berger de Caussols, à peine revenu des alpages, a perdu treize de ses bêtes suite à une attaque de loups, dimanche soir. Depuis le début de l'année, c'est selon lui plus d'une centaine de brebis qui a disparu de son troupeau pour les mêmes raisons... « Avec notre système d'élevage extensif, nous sommes très touchés, été comme hiver, déplore-t-il. Le loup stresse les moutons et nous complique la vie », explique le berger. Les bêtes doivent dorénavant être parquées. Quant à la protection des patous... « Une meute de loups a forcément le dessus sur les chiens », jure Bernard Bruno. L'histoire risque, selon lui, de mal finir : « Avec tous les touristes qui se baladent ici, un accident arrivera ! »

« Tirs de défense »
« Notre département est le 2e plus touché de France. Le loup y coûte 1 million d'euros par an à l'Etat, en dédommagement et en moyens de protection », alerte Michel Dessus, président de la Chambre d'agriculture 06, qui plaide pour « une forte régulation ». Même crédo pour le député azuréen Charles-Ange Ginésy (UMP), qui a déposé une proposition de loi en ce sens. Objectif : « permettre aux éleveurs de détenir une arme de chasse et les autoriser à pratiquer des tirs de défense sur leur pâturage, en assouplissant les demandes d'autorisation [270 délivrées en 2012] », explique l'élu. De la « pure démagogie » pour le conseiller général écologiste Jean-Raymond Vinciguerra. « Quand bien même on tuerait une centaine de loups, il y en aura toujours. Ce qu'il faut, c'est changer les méthodes d'élevage », argue-t-il.

Le var, premier département touché

En 2012, le Var recense 201 attaques et 543 victimes du loup. « Deux arrêtés autorisant les tirs de prélèvement ont été pris, en août et octobre, mais n'ont rien donné », selon la Direction départementale des territoires et de la mer.