Jusqu'à sept ans de prison pour les faux-monnayeurs

Fabien Binacchi
— 
Le délibéré est attendu ce vendredi.
Le délibéré est attendu ce vendredi. — F. BINACCHI / ARCHIVES ANP / 20 MINUTES

   Il aura fallu plus de deux heures et demie à la procureure pour prononcer les réquisitions de ce procès-fleuve. Ce lundi, Corinne Savonne a donné ses recommandations, concernant les dix huit prévenus -arméniens et italiens- jugés depuis lundi dernier, devant le Tribunal correctionnel de Nice. Des peines allant de 1 à 4 ans pour les intermédiaires, et de 5 à 7 ans pour les responsables présumés de ce trafic de faux-billets... 

 « Pas le perdreau de l'année »
L'une des plus lourdes souhaitées par le parquet revient ainsi à « Miro », présenté comme le chef respecté du milieu russophone. « Vous n'avez pas devant vous le perdreau de l'année, mais un délinquant qui fait régner la terreur », a dit la magistrate. Les père et fils « Roubo » et « Garen », que l'instruction décrivait comme les commanditaires de ce trafic, sont aussi principalement ciblés par la procureure. Elle requiert respectivement contre eux 7 et 4 ans d'emprisonnement. « “Roubo” a pris souvent les membres de l'auditoire pour des imbéciles, niant son implication, a pointé la représentante du ministère public. Mais pourquoi prendrait-il autant de soin, selon les écoutes, à dissimuler certaines choses tout en évoquant des “papiers qu'on entre dans un magasin et qu'on dépense” ? ». Corinne Savonne a également requis 5 ans de prison contre Antonio, le Franco-Italien fournisseur présumé du réseau. Les différents avocats des prévenus livreront leurs plaidoiries toute la semaine. Le délibéré est attendu ce vendredi.
 

PRISON REQUISE contre le prêtre

Poursuivi pour « association de malfaiteurs » (il aurait accueilli des réunions du réseau dans son église niçoise) et « violences volontaires », le prêtre arménien impliqué risque trois ans de prison, selon les réquisitions.