Plans B pour étudiants en mal de toit

J. C. MAGNENET

— 

La rentrée universitaire va commencer... Et certains étudiants ne sont toujours pas logés ! Pas de panique, même si trouver un toit relève souvent du casse-tête niçois, des bons plans sont toujours là pour les retardataires.

En quelques clics. Le Crous (Centre régional des oeuvres universitaires) référence plusieurs centaines d'annonces de particuliers sur son site www.lokaviz.fr. Certains logements sont même labellisés par ses services. Inutile en revanche d'espérer obtenir une résidence universitaire : « Il y a toujours des désistements, mais les listes d'attente sont déjà longues », indique-t-on.

Les bons conseils. Solutions d'hébergement temporaire, résidences universitaires privées... et bons conseils. Rue Gioffredo, à Nice, le Centre régional d'information jeunesse (Crij) ne manque pas de bonnes adresses et compte encore une quarantaine de petites annonces.

Coloc' intergénérationnelle. Le service fait sa première rentrée : « sigal06 » tente de mettre en relation étudiants en manque de toit et seniors en mal de compagnie. L'hébergement proposé est gratuit en échange d'une présence au domicile.

Passer par des pros. Simple et efficace, il suffit parfois de contacter une agence immobilière pour trouver son bonheur. « Nous avons encore pas mal de studios meublés disponibles », assure Catherine Ciaravino, de l'agence CL Immo gestion, qui conseille « de bien préparer son dossier avant chaque visite » afin de pouvoir déposer une demande rapidement en cas de coup de cœur.
Y aller au culot. « Il faut aussi savoir être débrouillard », rappelle Véronique Aimardi, du Crij. « Des étudiants qui avaient sélectionné un quartier ont fini par trouver un toit en tapant à la porte des concierges... », raconte la responsable.